LE DRONE AU SERVICE DE L'AGRICULTURE

Optimiser l'apport d'intrants

En véritable laboratoire volant, le drone embarque un ou plusieurs capteurs selon les mesures à faire : estimation de la biomasse, taux de chlorophylle, stress hydrique ou simple imagerie (par exemple pour estimer des dégâts faits par des nuisibles ou repérer des arbres malades dans une forêt).

Après la récolte des données brutes prises lors du survol, les informations doivent encore être analysées et interprétées pour en tirer des préconisations concrètes. Avec ce qu’aura révélé la cartographie, on pourra doser plus finement les intrants selon les zones de la parcelle, cibler les zones où intervenir.

Les applications sont nombreuses : calcul des doses d’engrais azotés (blé et colza), suivi de la production de biomasse (pâtures), estimation des dégâts de gibier ou de verse et demain, détection des maladies foliaires et des adventices.

Les utilisations des drones évoluent aussi vite que leurs technologies. Rapidement il sera possible d’intégrer directement les données acquises par le drone dans des logiciels d’agriculture de précision, par exemple pour piloter les épandeurs d’engrais.

Le capteur multispectral Parrot SEQUOIA+ révolutionne le secteur en proposant une solution complète, adaptable et compatible à tous les drones. Grâce à ses deux capteurs, multispectral et sunshine, Sequoia+ analyse la vitalité des plantes en capturant la quantité de lumière qu’elles absorbent puis réfléchissent. Cette collecte de données permet à l’agriculteur d’agir sur ses parcelles de façon optimale.

Le réseau Instadrone développe en collaboration avec des ingénieurs oenologues, un protocole de captation et d'analyse pour la viticulture. Cette prestation sera prochainement commercialisée.

Moyens techniques

Caméra multispectrale Sequoia

NDWI

Carte NDVI sur un éco-quartier pour Eiffage

HAUT